Accueil > La consultation préanesthésique
La consultation préanesthésique

Quelques généralités...

Afin d’améliorer la sécurité des patients anesthésiés, la consultation pré-anesthésique a été rendue obligatoire en France en 1994 par décret.
Pour tout acte programmé, qu’il s’agisse d’une intervention chirurgicale ou d’un examen sous anesthésie, la consultation doit être pratiquée par un anesthésiste-réanimateur plusieurs jours avant celui-ci (au moins deux).

Les buts de cette consultation sont de :

Dans les heures qui précèdent l’intervention programmée, un anesthésiste-réanimateur actualise les données de la consultation pré-anesthésique et confirme le mode d’anesthésie avec le patient. Ceci est la visite pré-anesthésique.
Si une intervention chirurgicale urgente s’avérait nécessaire, la consultation pré-anesthésique est effectuée immédiatement avant l’acte.

La consultation pré-anesthésique chez la femme enceinte

Bien que toutes les femmes enceintes ne soient pas anesthésiées au moment de la naissance, les décrets de 1998, dits « décrets périnatalité » (98-899 et 98-900) ont rendu obligatoire la réalisation d’une consultation pré-anesthésique, effectuée par un anesthésiste-réanimateur, au cours du troisième trimestre de la grossesse.
L’objectif de cette consultation est d’améliorer la sécurité d’éventuelles anesthésies (en cas de césarienne par exemple) et analgésies, comme l’analgésie péridurale dont l’utilisation est fréquente dans notre pays.

Il est donc important pour toute femme qui doit accoucher, d’établir un dossier pré-anesthésique accessible dès son arrivée sur le lieu d’accouchement.
Il est aussi très important que les femmes soient informées des diverses méthodes d’analgésie possibles pour le travail, de leurs effets attendus, de leurs avantages et de leurs inconvénients, et qu’elles puissent poser des questions et obtenir des réponses. Un fascicule d’information, propre à chaque établissement, pourra leur être remis et reprendra toutes les informations données par le médecin.

Cette consultation est programmée dans le 3ème trimestre de la grossesse, le plus souvent au moment de la consultation du 8ème mois.
Le fait de se rendre à la consultation pré-anesthésique ne signifie pas pour autant qu’il y aura anesthésie ou analgésie péridurale au moment de l’accouchement. C’est un gage de sécurité car si un acte anesthésique s’avère requis, les informations auront été recueillies tranquillement et non chez une femme en travail entre deux contractions.

Cette consultation obligatoire est prise en charge à 100 % par l’assurance maladie dans le cadre du suivi de la grossesse.

Pour en savoir plus :

Société Française d’Anesthésie et de Réanimation - SFAR